Objectif conjugaison (cm1)

Les éditions Gai Savoir - Français

Notre précédente année a été mouvementée et très très perturbée, je l’avoue volontiers. Cependant j’ai tenu à ce que les enfants travaillent et s’instruisent, plus pour leur fournir des repères qu’autre chose.

De ce fait avec Miss K, il y a des notions en ce2 qu’on a survolé, voir carrément laissé de côté. D’une part parce que JE n’étais pas forcément apte moi-même, d’autre part, parce que ma fille à la particularité d’être facilement qualifiée d’extraterrestre par les gens qui la rencontre. Dans les apprentissages, parfois ça peut être compliqué, autant pour elle que pour moi.

Mais depuis que nous avons commencé son instruction, j’ai aussi constaté qu’il fallait lui faire confiance, extraordinairement elle peut buter sur une notion et la passer allégrement quelques mois plus tard sans que vous n’ayez rien de plus entre temps !!!

J’aime à imaginer son cerveau comme mature (

elle y arrive) et non mature (elle bute), afin de voir si je lui propose ou non un chapitre, une matière, etc …

Voilà, donc la conjugaison en ce2, heu, elle maitrise bien les 3 groupes, connait les terminaisons du 1er groupe au présent (à réactiver lol) mais après ça se gâte un peu quand même. Je ne m’inquiète pas énormément à ce stade, mais si je ne veux pas m’arracher les cheveux en cours d’année, je dois faire attention.

De plus  nous utilisons le manuel d’étude de la langue (librairie des écoles) et que je sais très bien que cette édition aborde la conjugaison en fin d’année. Ce qui me convient très bien, parce que j’aurai le temps de revoir les bases avant d’entreprendre la partie conjugaison de cm1.

J’ai donc décidé d’imprimer des fiches en plus pour qu’elle s’exerce :

  • Un dossier de Cenicienta
  • Donner du sens à la conjugaison – 4e année (édition Gai savoir)  – Lien vers l’e-shop de l’éditeur, fichier numérique)
    Vous trouverez un extrait ici.

Ces fiches sont bien car elle écrit directement dessus, remplit juste les trous, ça la fatigue moins, parce que moi mon but c’est qu’elle améliore sa conjugaison, pas qu’elle améliore son écriture.

Orthographe des verbes

Édition : Les Éditions Buissonnières

 

Orthographe des Verbes, Methode d’Orthographe Volume IV

Pas facile de faire de la conjugaison et encore moins de connaître et voir tous les temps , trop souvent dans les nouveaux manuels, l’impasse est faite sur la passé antérieur ou le futur antérieur , le plus-que-parfait lui aussi est mal traité … C’est bien triste , me direz-vous !

Grâce à ce livre/fichier , vous pourrez travailler à loisir la conjugaison .  Souvent vous me dites que le coût est assez élevé , c’est vrai vu que c’est fait pour des enseignants principalement , qui peuvent photocopier les fiches . Cependant ce genre d’ouvrage pour une famille avec plusieurs enfants est vite amorti . Dès le ce2 vous pourrez proposer une partie de fiches à vos enfants , et ce chaque année ensuite .

Il y a en tout 154 pages d’exercices, si comme moi vous faites 35 semaines par an d’instruction le livre vous fera 4 ans (ce2,cm1,cm2 et 6ème) . Des révisions en 5ème,4ème et 3ème seront fort utiles  = 1 livre 7 ans de conjugaison . Un coût de moins de 8€ par an , et encore moins si vous avez 2 ou 3 enfants en ief  ou scolarisés d’ailleurs !

La première partie est un guide pédagogique , vous expliquant comme introduire les fiches . Viennent ensuite les fiches d’exercices , puis les corrections dont vous êtes friands .

{Quelque chose de pourri au royaume du français}

QUELQUE CHOSE DE POURRI AU ROYAUME DU FRANÇAIS

Pour faire écho  à mon article sur la conjugaison , j’ai décidé de vous reparler de ce roman , qui m’avait beaucoup fait rire . Je ne l’ai toujours pas donné à lire aux enfants parce qu’il est un brin complexe et que leur demander de lire un bouquin sur la conjugaison, je ne suis pas certaines  que cela les emballe beaucoup …. Mais je pense le mettre l’année prochaine au programme , comme ça pas le choix .

Vous ne trouverez rien de pédagogique avec ce livre, ne comptez pas apprendre la conjugaison  , revoir je ne sais quoi ! Définitivement , non !  Mais par contre il est formidable pour lever les barrières , casser les a priori  qu’on a sur la langue de Molière.

Vous êtes peut-être comme moi, si on me dit conjugaison ou grammaire,  j’ai un signal d’alerte qui se met en marche dans ma caboche . Là , on est dans la dérision , l’amusement c’est tellement bon . J’ai même eu de la tendresse pour ces temps plus trop utilisés.  On découvre toute la complexité de notre langue mais c’est  aussi ce qui la rend si belle . J’ai dégoté un extrait en pdf ,j’espère qu’il vous plaira . (les parties en noires sont normales c’est la censure des gros mots mdr , trop drôle dans un livre je trouve .

Ce qui est certain c’est qu’il m’a réconcilié avec pas mal de chose . Alors si nous devions « simplifier » comme j’ai pu le lire hier , pour le soit-disant bien de nos enfants , nous ne pourrions plus écrire de livre comme celui là , puisque que nos enfants deviendraient incapables de le lire . En gros sa lecture est un acte de patriotisme et de rébellion .

Voici le résumé – Dans un XVIIIe siècle, au Royaume du Français, de grandes familles se partagent le pouvoir. Et leur fortune dépend de l’usage qui est fait de leur nom : la comtesse du Passé Composé, le baron de la Langue de Bois, etc. Sans oublier le large contingent des Exceptions qui confirment la Règle.

Les plus désargentés sont les Imparfait du subjonctif qui, acculés par les dettes, décident d’unir leur fille Olympe au plus riche héritier du royaume : Robinson, fils du chevalier des Jurons. Scandale en perspective. Mais les jeunes gens ne l’entendent pas de cette oreille. Et les voilà bientôt entraînés dans une autre intrigue : le complot des «Réformés de l’Orthographe» prépare le renversement du régime…

Et là un mot de l’auteur: À plus d’un titre, le texte dont je suis le plus satisfait. Ce roman a demandé beaucoup de travail de composition et d’écriture, mais encore plus de travail de corrections et de ré-écriture avant de parvenir à la version définitive qui a été publiée.
L’objectif était de parler de la langue française, de se moquer de sa complexité, de tourner gentiment en dérision l’amour, la fascination et le caractère sacré dont elle est l’objet dans notre culture mais aussi d’évoquer sa puissance et le pouvoir qu’elle confère à ceux qui savent s’en servir à des fins de propagande.
Et tout cela, sans ton moralisateur ni prétention pédagogique. le but premier reste de divertir ! le plus important : l’aventure, l’histoire d’amour compliquée entre deux jeunes gens, les révélations fracassantes et les complots machiavéliques entre une course poursuite et un duel à l’épée.
À vous de dire si le contrat de départ a été rempli…