Mon nouveau jouet …

Je ne suis pas très présente cette semaine , parce que je suis en vacances, enfin pas d’ief cette semaine pour les enfants , j’ai donc du temps pour m’adonner à d’autres projets . Les derniers jours étaient consacrés au remplissage de la phytoépuration ( je reviendrai dessus prochainement ) , mais aujourd’hui il pleut , donc me voici pour vous présenter mon occupation d’hier soir .

J’ai acheté le tricotin multifonction : » Martha Stewart Kit Metier a tisser et a tricoter« , et hier soir je me suis amusée avec , car non je ne sais ni crocheter ni tricoter , jamais eu le temps d’apprendre …ah ces foutues journées qui ne font que 24h !

 

 

C’est un gros kit avec de nombreux accessoires , notamment les picots et qui permet de faire des tricotins de formes et tailles différentes .

Pour ma part hier j’ai utilisé « le petit carré » et j’ai fait des tawashis (éponges ) , la première avec un vieux leggings , et la seconde avec de la corde naturelle . C’est de cette dernière que je voulais vous parler : elle va me servir de gratounette
pour la vaisselle . Eponge antibactérienne Spontex - paquet de 2

328 pieds naturelles Ficelle en jute,corde de jute,Ficelles de jardinage, Arts Artisanat Ficelle d'emballage industriel matériaux Durable corde pour les applications de jardinage

 

            Ficelle en jute,corde de jute

 

J’ai cherché longtemps une alternative aux éponges , avec la tawashis je suis satisfaite pour le lavage mais pas pour le récurage . Pas facile de gratter une saleté collée , alors en voyant ma petite bobine de corde j’ai eu cette idée .

Comme c’est la première , ça demande de l’entraînement mais je suis satisfaite tout de même . Je vais en faire en coton voir ce que ça donne aussi …

60 idées ludiques pour en finir avec le plastique !

Édition : Terre vivante

 

60 idées ludiques et pratiques pour en finir avec le plastique !

Adepte du DIY , du bricolage en tout genre , et soucieuse de produire le moins de déchets possible , j’ai beaucoup apprécié ce livre . Dire que page 96 , se trouve  la recette de dentifrice que j’utilise m’a fait sourire , c’était un signe , le livre était donc fait pour moi !

La première partie est consacrée aux sacs de courses , en tout genre . Pour l’instant , je vais être franche , je ne les utiliserai pas , non que je ne les trouve pas utile mais parce que j’ai des sacs plastiques donner dans les hypermarchés et qu’ils sont encore utilisables durant longtemps . Je pars du principe que ne pas les utiliser jusqu’au trou lol, serait aussi du gaspillage .

J’ai trouvé mon bonheur au niveau des sacs à provision « au crochet »  j’ai bien le principe et j’en ferai bien cet hiver , enfin dès que j’aurai le temps quoi .

Le second chapitre , traite des emballages alimentaires,  qui  ne met pas d’une grande utilité , puisque je n’utilise pas ce genre d’emballage en « plastique », donc difficile de prendre l’alternative « tissu » du coup .

Petit coup de coeur tout de même pour la yaourtière en tissu , mais pas du tout adapté à ma famille nombreuse .

Pour ma part la suite du livre consacré aux produits pour le corps , le linge ou la maison  m’a bien parlé , forcément je suis en plein dans ma période « produits simples et faits maison » .

Dans mes coup de coeur , même si je ne me maquille pas  : les cotons démaquillants , fait au crochet , j’adore l’idée et le résultat est trop beau . Dans un autre registre : les boules de séchage , au risque de paraître un peu con-con,  je ne connaissais pas !

J’en ferai d’ici peu , j’ai un reste de laine verte et jaune pas belle , qui conviendra parfaitement . Déjà je me débarrasse de cette laine mais si en plus je fais des économies sur le sèche linge  et que mon linge est tout doux, pourquoi je m’en priverai ? (je rappelle que le sèche linge , moins on l’utilise mieux c’est , mais d’un autre côté en Bretagne , l’hiver c’est compliquer parfois pour sécher le linge)

Les lavettes à vaisselle au crochet , bon je ne sais pas manier le crochet , cela fait des années que je dois apprendre, en même temps j’ai des petits métiers à tisser qui feront parfaitement l’affaire , en plus des tawashi

Les produits ménagés présentés sont très simples à réaliser et demandent peu de matières premières . Pâte à récurer, liquide vaisselle, poudre lave vaisselle, nettoyant universelle , celui ci je le fais dès que j’achète des oranges  ( ingred : vinaigre blanc, pelures d’orange, savon et eau )

Les soins du corps , après quelques achats comme le xylitol ou la vitamine E .

Le savon à barbe, le déo, le gel douche, le shampooing solide ,le bain de bouche me font de l’oeil ,pour ce dernier justement  je cherchais une recette pour Miss C qui en utilise avec son appareil dentaire , et qui teste volontiers tous mes produits. D’ailleurs sur 6 , nous sommes 4 à utiliser le dentifrice , même miss K (presque 7 ans)  .

Ce petit guide va trouver une place sur une étagère dans mon bureau , histoire de l’avoir sous la main dès que besoin et ne pas chercher les recettes partout . Le petit format , est bien pratique  il se glisse partout .

 

Je cultive en lasagne

Édition : Terre Vivante

Auteurs : Brigitte Lapouge-Déjean et Franck David

 

Je cultive en lasagnes partout et toute l’année

Si vous ne me connaissez pas encore , je suis la fille qui ne fait jamais comme les autres ! Je pars d’une chose simple et pourtant chez moi ça prend toujours des proportions …. Aujourd’hui , le jardinage , c’est simple pourtant , vous aller dans votre jardin et vous bêcher un peu etc et hop on plante de beaux légumes … pas chez moi .

Car comme j’aime voir la vie en compliqué j’ai acheté une maison avec beaucoup de terrain mais quasi pas cultivable : un sous-bois, une partie en friche pleine d’humus ou rien ne poussait sauf des fougères et des ronces = enclos des chèvres maintenant .  Pour comprendre vous devez savoir que mon terrain est un immense rocher avec de la terre dessus plus ou moins épaisse par endroit , une partie (au fond) se nomme la carrière ( les maisons voisines ont été construite avec les pierres prélevées là )  , c’est bien drainé mais sans terre ….

Pourtant c’est à cet endroit que nous avons fait notre potager , seul lieu dispo vu la configuration des lieux  ! Alors au fil des ans on ajoute de la terre , provenant des 4 coins de la commune (don), du fumier d’un agriculture , bref un joli mélange pas terrible.

C’est à ce moment là que j’ai découvert la culture en lasagnes et les buttes par la même occasion , et c’est juste génial . Je vous montre les deux que j’ai faites cet été , où vous pouvez voir mes beaux poireaux qui ont trop aimé .

Mais comme je n’étais  pas une pro et que j’avais juste vu quelques partages mes premiers essais de lasagne (sous ma serre) n’ont pas eu le même résultat . Je vous présente ce livre aujourd’hui car mes feuilles commencent à tomber , et c’est bien la première année où j’en suis heureuse , car elles sont le premier ingrédient de mes lasagnes. Il est donc important de me replonger dans cette lecture (oui cerveau de poisson rouge en ce moment) et de tout prévoir avant le rush des feuilles mortes .

Ce livre vous permettra de comprendre le processus de montage de lasagne, les fameux  pourquoi et comment ! C’est simple mais il y a quelques règles et astuces à savoir , sinon ça fait comme sous ma serre (pas terrible) . Et il vous donnera des idées aussi de montage

Page 80 : la lasagne en hauteur , sera certainement une réalisation que je ferai l’année prochaine dans mon jardin  , puisque les dimensions sont seulement de 2m x 1m . Le plant de montage propose 6 cultures différentes : courges,maïs,haricot ,concombres, christophine,patates douces et sarrasin

 

Non, si vous avez un doute, ce chapitre n’est pas pour superposer les enfants « dans » la lasagne ! C’est pour faire participer les enfants « à la construction de la lasagne », attention, ne venez pas dire après que je vous ai incité à recouvrir vos enfants de tonte de pelouse ou de feuilles mortes…

Je fabrique mes produits ménagers

Édition : Terre vivante

Auteur : Laétitia Royant

 

Je fabrique mes produits ménagers

J’ai évoqué plusieurs fois sur ce blog faire quelques produits , moi même , que ce soit ménager ou hygiénique . Dans  un premier temps ce fut l’aspect « anti-commercial » qui m’a fait agir comme ça , oui rebelle jusqu’au bout  !

il y a une dizaine d’année déjà j’ai complètement saturé  niveau  produits ménagers , on arrive dans le rayon et on trouve 25 références de produit vaisselle ou  vitre , nettoyant sol  ou salle de bain, chacun est ultra puissant , bien mieux que la dernière version d’il y a 6 mois  etc ! Et plus cher aussi , bref passer 3 h pour prendre un produit m’a vite saoulée . Je ne mentionnerai même pas la composition de ces produits , car  la plupart du temps , je ne sais pas vraiment ce qu’il y a dedans ??? Mais je sais que ce n’est pas forcément bon tous ces produits aux noms barbares .

J’ai acheté un balai vapeur  , l’équivalent d’un grand verre d’eau pour nettoyer le sol de la maison (≈ 100m²) , parfois j’ajoute quelques gouttes d’ huile essentielle mais ne se mélangeant pas à l’eau ,ça produit un résultat peu concluant et pas homogène .

Un flacon de produit vaisselle, un produit à vitre ( je ne les fais pas souvent j’avoue mdr) , un spray multi-usage pour la cuisine (fait maison) , un produit pour la plaque  à induction, les tablettes lave-vaisselle et une pierre d’argent pour sa salle de bain et de la lessive ( plus de canard WC avec les toilettes sèches) . Voilà ce que j’ai encore dans mes placards, jusqu’a épuisement des stocks  .

Prenons l’exemple de ce produit en vente dans tous les GMS et sa composition
(source Consoglobe)

Bilan : Cillit Bang est un excellent exemple de produit nocif inventé par la société de consommation et dont on peut tout à fait se passer avec le plus grand bonheur pour le porte-monnaie et pour la santé de l’environnement (et de la nôtre).

Et voilà comment on arrive à ce livre !

Je cherchais un répertoire de recettes pour fabriquer mes produits ménagers, internet c’est bien, mais à chaque fois j’y passe 3h , épluchant les sites , les recettes, me rendant compte que je n’ai pas un ingrédient et j’en passe .Je me suis dit qu’avec un livre  j’irai plus vite (lol) .

Dès le début j’ai su que c’était ce qu’il me fallait , l’auto portrait de l’auteur me ressemble tellement . J’ai un peu suivi le même raisonnement au fil des ans .

Vous trouverez le sommaire en suivant ce lien  et  celui ci pour feuilleter quelques pages . Comme vous pourrez le constater , il n’y a pas que les produits ménagers de présents dans ce livre , on trouve aussi de quoi faire son shampooing, dentifrice, déodorant liminent bébé et autres  soins .

Ce que j’ai apprécié le plus c’est la simplicité des recettes , en gros avec du savon de Marseille, du savon  noir, de vinaigre, de l’eau , du bicarbonate et de l’argile vous pouvez quasi tout faire .

Le coût réel de ces « fabrication maison » tout aussi impressionnant et motivant .

Je vous conseille ce livre si vous avez envie de vous lancer , que vous êtes au tout début de votre réflexion, il vous sera d’une grande aide  et une grande source de motivation . C’est tellement simple , en fait , qu’on se demande pourquoi on ne l’a pas fait  « avant » . Si au contraire , vous êtes déjà bien documenté sur le sujet , vous n’y apprendrez peut-être pas grand chose, surtout si vous avez  déjà vos propres recettes . Mais il sera un parfait cadeau pour vos amis par contre….

La mode du zéro déchet

Je vais aborder un sujet d’actualité sur ce blog aujourd’hui , ça changera un peu de l’ief ! J’ai fait une petite recherche sur google et amazon et on trouve des centaines de livres traitant de ce sujet , non de cette mode j’ai envie de dire .

Si aborder le sujet est très bien,  la limite est fine entre information et effet mode . Si l’information est superbe et positive, l’effet de mode lui est tout l’inverse : énervant , culpabilisant etc et ne mène à rien . Je crains que nous ayons franchi cette limite , des livres ,du papier , de l’encre utilisés pour vous dire comment faire , comment vivre !!!

Non, le zéro déchet ce n’est pas ça , c’est tout l’inverse justement ! Ça ne se trouve pas dans un guide , c’est un mode de vie avant tout .

Suis-je zéro déchet ? NON !
Je ne suis jamais les modes ça ne m’intéresse pas  . Pourtant je fabrique mon savon pour les mains, ce mois ci j’ai fabriqué mon dentifrice , quand j’aurai épuisé mon stock de lessive, de tablettes lave vaisselle et produit vaisselle liquide , je n’en rachèterai pas .

Mais alors je suis la mode ? NON toujours pas , mon cheminement est issu d’une prise de  conscience , d’un long cheminement , d’échanges et de rencontres avec principalement des familles pratiquant l’ief . La nature et sa préservation d’une part , mais écologie rime aussi avec économie et je vais être honnête avec vous , ça aussi, ça joue un rôle très important dans notre démarche .

Si écologiquement nous sommes impliqués, avec les toilettes sèches , les produits ménager , la phytoépuration, les serviettes hygiéniques lavables ….Économiquement c’est très très intéressant aussi.

Exemple : Nous sommes 6 ,  il faut quasi 2 tubes de dentifrice par semaine même en prenant le moins cher 1€ pce ça fait tout de même plus de 100€ par an pour se laver les dents , pourtant il n’y a que récemment que j’ai percuté !

La troisième raison c’est notre santé , aujourd’hui les produits sont pleins d’additifs et de cochonneries en tout genre .Enrichir des industriels au détriment de notre santé , je dis stop aujourd’hui !

L’ief ou le zéro déchet quelque part c’est la même chose : un mode de vie ! On ne peut/doit pas l’imposer aux autres, car c’est un cheminement personnel qui mène à ces choix . Sans choix réel , vos actions seront comme la mode « éphémères » , ça ne fonctionnera pas .

Alors si aujourd’hui , vous culpabilisez parce que vous n’adhérez pas à ce concept , j’ai envie de vous dire que ce n’est pas grave , vous n’êtes juste pas prêt . Moi même , je ne suis pas végétarienne , pourtant je mange de moins en moins de viande  : parce que je trouve celle ci de mauvaise qualité et chère . J’en mange moins souvent mais de la bonne , et je ne culpabilise pas d’être carnivore .

Je pars du principe que « mes petits changements » si infimes soient-ils , sont des petites gouttes d’eau, et des millions de petits gouttes d’eau forment un océan . Aucun changement « majeur » ne se fait en un jour . Et si vous aussi , vous  êtes un peu dégoûtés par le système actuel mais que vous êtes un peu résignés voilà une image qui exprime le changement comme je l’entrevois

 

 

 

Retours d’expérience sur les toilettes sèches (TLB)

Fabricant : Lécopot

 

 

 

Rappel : Installation des toilettes sèches

C’était il y a 5 mois , mine de rien , ça passe vite !   Le temps est donc venu de livrer nos impressions vis à vis des toilettes sèches , la théorie c’est bien mais il n’y a que la pratique/ utilisation qui peut vraiment nous permettre de savoir si c’est fait pour nous !

La réponse est : OUI ! Les TLB (toilettes à litière biomaîtrisée) sont toujours à la maison et en fonctionnement . Il fallu quelques ajustements au début , pour vraiment que nous trouvions nos marques . Le seul désagrément que je pourrai trouver , ce sont les copeaux au sol . Malheureusement ,entre les enfants qui ne font pas toujours attention (Miss K ,6ans au hasard)  ou simplement le fait que vu la légèreté ça vole un peu , on dirait qu’il a neigé ^-^, donc balayage chaque jour minium .

 

1- Les odeurs – bah , il n’y en a toujours pas, je dirai même qu’il y en a moins . Parlons encore grosse commission , vraiment après des grosses chaleurs voir  de la canicule (même en Bretagne, ça arrive) , rien ! Sur le moment , oui , comme dans des wc classiques  , mais la fois suivante à l’ouverture du couvercle , il n’y a plus rien .

2-La litière – Au début nous avons fonctionné avec des copeaux pour chevaux  , conditionné comme sur l’image à 13€  . Je ne sais pas combien ça fait en quantité par contre environ 20kg (compressé) 400L je pense . Pour info , à 6 personnes, 24/24 h à la maison , 1 ballot fait 1 mois . Je le précise car , j’ai longtemps cherché l’info et je ne trouvais pas .

Depuis  j’utilise des copeaux de la menuiserie proche de chez moi qui ne me coûtent rien sauf un paquet de bonbons par chargement mdrrrr .Par contre , j’ai toujours un sac de litière d’avance en cas de rupture à la menuiserie , ce qui est arrivé il y a 15 jours  .

Famille nombreuse = organisation différente . Je stocke le chargement dans un coffre de jardin dans mon sous-sol . J’ai été faire le plein la semaine dernière il est plein à ra-bord .

Résultat de recherche d'images pour "coffre de jardin"

Image associée

Idem dans les wc , sur la photo vous pouvez voir un joli panier avec une étoile pour les copeaux , ça n’a pas duré  : trop petit . Du coup nous avons pris une panière à linge chez action , j’ai cousu un sac poubelle à l’intérieur pour éviter d’en mettre partout . Résultat , nous le remplissons 1 fois par semaine , travail qui incombe aux filles (6 et 9 ans) le plus souvent .

 

3-  Les sacs poubelles biodégradables –  J’ai appris à mes dépens que biodégradable et compostable étaient deux mentions bien distinctes sur les emballages et qu’un sac biodégradable n’est pas forcément « compostable » . Personnellement , je trouve que c’est beaucoup plus simple avec , le seau est moins sale , un coup d’eau et c’est bon et un gros nettoyage avec savon etc 1 fois par mois .

Vérifiez bien qu’il y ai le logo « ok compost » , moi j’ai pris des Bio Bag.

 

4- Les vidanges – le fait que nous soyons 6 , tout le temps à la maison , fait que nous changeons le seau tous les 2 jours (seau de 21L) ça c’est le boulot de Miss C : sortir le plein et mettre un nouveau ( + sac poubelle et litière dans le fond) . Je pourrai mettre un sceau plus grand  mais il serait aussi plus lourd, et comme c’est ma partie , non merci.

FRAKTA Chariot IKEA Idéal pour transporter vos achats, ou pour déplacer des objets lourds chez vous. Facile à replier et à ranger.

J’ai d’ailleurs acheté un « chariot »  chez ikéa   « Frakta » à 12€, car l’air de compostage est dans le fond du jardin et que j’ai bien 200 m à faire .  Ce n’est pas indispensable, je l’avoue mais mon dos , lui, trouve que 12€ ce n’est pas cher payé pour son confort .

Et pour recouvrir la vidange, j’utilise le foin que les chèvres gaspillent , recyclage jusqu’au bout .

 

5- L’air de compostage – Aucune odeur , malgré la aussi les fortes chaleurs . J’avais prévu 3 bacs de 1 m3 environ ( voir ici ) ,soit 1 bac par an , mais ça ne fonctionnera pas , en 5 mois j’ai plus de la moitié du 1er de rempli  – Je devrai probablement construire un 4ème bac plus tard .

Verdict : nous sommes satisfaits et de la Coccinelle et des TLB en général. Cela nous permet de faire une grosse économie d’eau potable ( vu que le jour de dépassement est arrivée , l’humanité vivant à crédit pour le reste de l’année et passé depuis mai pour la France), je suis plutôt fière de nous .

Économie aussi budgétaire car notre ancienne fosse n’était plus aux normes et une nouvelle installation était de l’ordre de 10 000 € environ . Et là , ça m’arrange bien , de ne pas avoir ces travaux à faire .

Lance d’arrosage

Lance de pulvérisateur avec pompe à main – Vert

Un article pour parler de ma dernière acquisition , pas de livre aujourd’hui  donc  ! Vu les températures annoncées cette semaine vous allez comme moi arroser vos potagers et jardins .

Chez nous , pas  de tuyau d’arrosage brancher sur l’eau courante : nous arrosons à l’eau de pluie exclusivement , grâce à une énorme citerne enterrée (construite avant notre arrivée dans la maison) . Malheureusement la citerne est éloignée du potager , et pour l’instant nous remplissons des bidons , un petit coup de brouette et un arrosoir .

Alors oui , nous manipulons , mais prochainement j’investirai dans une pompe histoire d’envoyer l’eau dans une citerne intermédiaire . En attendant j’ai découvert cette lance .

Il suffit de glisser le tuyau dans mes fameux bidons et d’actionner la pompe avec les mains (comme un fusil à pompe dans les films lol) , l’avantage c’est que ça fait une pluie finie qui tombe sur les légumes et que l’on en met moins qu’avec l’arrosoir . Et ça muscle aussi, mon bicep gauche était un peu douloureux le lendemain ….

Comment avoir un corps et un jardin de rêve !

Serviettes lavables #1 – Réception

       

 

 

Aujourd’hui je vous présente le nouveau partenaire du blog :  Hannahpad ,  dans le cadre de notre transition écologique .  Éloignons-nous un peu de tous ces manuels … et abordons un sujet tout aussi important : les serviettes lavables .

Oui , avec 3 filles et moi même  à la maison , je pense qu’il était temps , de nous pencher sur le sujet  , c’est en voyant passer une pub sur facebook que j’ai découvert cette marque. Relançant donc notre cheminement avec Miss C  à ce sujet .

D’ailleurs, c’est une totale coïncidence mais voyez ce que Julie , la directrice de la marque en France , écrit : « Dans la vie, des prises de conscience nous viennent, parfois si fort, que l’on est prêt à changer radicalement nos habitudes du jour au lendemain. »  Je me reconnais tout à fait dans cette phrase et notre transition écologique

 

organic cotton clothpad, hannahpad

Un choix écologique , économique et dermatologique aussi , puisque ma fille n’a cessé de se plaindre des serviettes jetables depuis la première utilisation . J’ai moi même été assez atterrée le jour où j’ai découvert le  « SCT ou Syndrome du Choc Toxique » , bien qu’assez rare , personne ne m’avait dit que les protections , gardées trop longtemps présentaient un danger . On nous colle des images affreuses sur les paquets de cigarettes, chaque pub d’alcool est précédée d’une mention spéciale mais la vérité est qu’on ne connaît pas la composition des serviettes ou autres protections jetables (je viens de regarder à la maison , rien n’est indiqué). Pourtant , ça touche de près notre intimité et on ne sait pas en fait , dingue, en 2018  visiblement la santé de la femme inquiète bien moins .

Et pourtant les serviettes que je vous présente aujourd’hui , ont été créées par un homme :  » C’est à Séoul en 2005 que Mr. Youngmin JANG fabriqua la première serviette hygiénique, en coton biologique sans toxicité. » (merci Mr ! )

Avec un faible coût à l’unité, on ne se rend pas compte de l’impact financier des serviettes jetables . Bien que j’ai vu « passer » le chiffre de 25 000€ sur une vie, je n’irai pas jusque là ,je n’y crois guère mais 3000 voir 4000€ dans une vie ,  c’est fort probable. Et si vous avez des enfants , alors là ….

Ça c’est pour le budget , mais la composition,  heu , ça fait froid dans le dos : Du glysophate et des dioxines dans les tampons et serviettes hygiéniques (sources) , pas étonnant qu’on ne mette pas la composition sur les emballages . Et pas étonnant que ma fille se plaigne de démangeaisons .

Les emballages , là aussi un paquet + un emballage individuel et  pour les tampons un applicateur  , beaucoup de déchets finalement  .

Pour toutes ces raisons, j’ai proposé à Miss C de tester les serviettes lavables , alors au début le but était de les faire nous même, mais on s’est dit qu’on risquait de mal les faire , de ne pas les apprécier et du coup de trouver l’expérience négative  .  Nous nous sommes donc tourné vers  des gens qui savent ce qu’ils font  . Et Hannapad avec ses motifs sympas, sa large gamme de tailles différentes et ses composants respectant l’environnement , nous ont séduites .

Nous venons de les recevoir les nôtres , juste le temps de prendre quelques photos et hop premier lavage comme conseillé .  Nous allons passer l’été en phase de test et je vous en reparle fin août – début septembre , afin de  tout vous dire sur cette nouvelle expérience  .

 

Responsabilité et ecologie

Si vous suivez nos aventures sur instagram, vous avez déjà pu voir les enfants dans les mini-coquillages qui servent de piscine, enfin de rafraîchissement par forte chaleur .  Cette année, nous avons décidé de ne pas partir en vacances , nous irons certes à la plage mais celle ci se trouve quand même à 30 km, et même si on y pique-nique et passe 4/5h ,nous ne pourrons bien évidement pas le faire tous les jours .

Nous avons donc investi , non pas dans une piscine car les avis sur ces dernières m’ont un peu refroidie et que mettre 2à 3000 litres me gêne un peu . Notre terrain est très arboré , ce qui est problématique avec une piscine « grande capacité « .

Nous avons opté pour l’abreuvoir à vache (ou bac d’herbage) de 1000 litres , il fait 173 cm de diamètre et 60 cm de haut environ . A côté des coquillages, c’est le grand luxe (^-^) !  Un peu plus cher qu’une piscine, je sais que je le garderai durant de nombreuses années si nous en prenons soin chaque hiver .

Écologie et gestion de l’eau

Un autre souci se posait à moi : l’eau ! Passer aux toilettes sèches et balancer 1 mètre cube d’eau pour que les enfants jouent , ça ne me semblait pas « logique » . J’ai toujours à l’esprit le manque d’eau potable sur la planète où chaque goutte est précieuse .

Alors , j’ai continué sur ma lancé , la maison était équipée d’une grosse citerne pour l’eau de pluie , quand nous l’avons achetée.  Au moins 3000 L , qui par décantage est clair, fraîche et limpide . Problème résolu , nous la remplirons à l’eau de pluie .

Sauf que nous n’avons pas encore de pompe …. pas grave nous avons des arrosoirs et bidons .

J’ai d’ailleurs lu un livre dernièrement sur la permaculture, que je vous présenterai bientôt , qui justement disait que l’eau est un bien précieux et que devoir fournir des efforts pour l’obtenir , nous rendait plus responsable et reconnaissant vis à vis de cette eau .

C’est ce que j’ai appris aux enfants, et aujourd’hui , je n’ai entendu personne rechigner quant à transporter des bidons d’eau . Ni encore parce que la piscine n’est remplie qu’au tiers pour l’instant …

Le bon coin

J’ai été chercher ce matin  2 bâches une pour conserver la chaleur et l’autre pour protéger des poussières .  Que j’ai payé 5€ le lot , parce que la bâche à bulle (qui garde la chaleur) à 3 trous de 2cm.
Là j’attends la réponse pour une pompe de filtration = 10€  .

Il me restera juste à prendre quelques filtres (que je laverai ) et des pastilles de chlore (ou un produit équivalent) pour éviter les algues etc….

Puis quand elle sera vraiment trop sale , j’espère avoir une pompe alors pour l’envoyer au jardin dans la cuve et alors m’en servir pour arroser , (à voir comment la filtrer à cause du chlore )

Lingette DIY

Pour une fois pas de manuel scolaire, pas de livre de maths ,…., non , rien de tout cela . Ce blog a été crée pour partager autour de l’IEF et  l’ief m’a menée vers d’autre horizon , alors , quelque part , je trouve cela normal d’évoquer ces sujets  parallèles ! Et puis , ce blog c’est une partie de ma vie, vous et moi nous sommes intimes maintenant , je ne suis pas seulement une fille qui lit des manuels scolaires .

Aujourd’hui je vous fais part de mon activité DIY du jour : les lingettes pour se laver !

J’avoue que lorsque les enfants étaient petits c’était quand même super pratique, si bien que j’ai continué à en acheter  , pour la toilette de chat des matins où je ne prends pas ma douche par exemple . Alors oui vous pouvez me parler des gants de toilette mais nous sommes 6 , il en faudrait 36 par semaine (x2 minimum pour un roulement ) . Bref je me vois mal avec 70 gants dans mon placard de SDB .

La semaine dernière j’ai oublié les fameuses lingettes, et tant mieux  . Après avoir réalisé mon savon pour lave-main , il était temps de s’occuper des lingettes , avec ce que j’ai sous la main .

Sur pinterest (ici) vous trouverez de superbes idées , je vous avertis les miennes le sont beaucoup moins , puisque je n’avais aucune envie de sortir la machine à coudre pour faire des rebords , où encore avoir la même taille  .

Carres démaquillant    Panier de 9 lingettes réutilisables et lavables/lingettes

Ma démarche est plus dans l’esprit recyclage et fonctionnalité du produit . Ma première étape a été de chercher ce qui pourrait convenir comme tissus ?  Il fallait que cela soit « doux » , un peu éponge comme les fameux gants etc… c’est alors que je me suis souvenue des bavoirs des enfants qui sont restés dans le placard de la cuisine , il devait en rester une dizaine , à ne rien faire !

Et hop , un ciseau et quelques minutes plus tard 56 lingettes de toilette, rangées pour l’instant dans 2 boites à lingettes en plastique . ( je trouverai un autre contenant plus « joli » un de ces jours)

Les lingettes pour se débarbouiller ,  c’est bien aussi  mais on ne va pas utiliser les même , hein !  Il me fallait encore un tissu doux mais différent des bavoirs pour ne pas confondre …. Les serviettes que je posais sur la table à langer (encore un truc de bébés) , qui étaient des grands « langes »( carré de coton ). J’en ai pris 2 que j’ai découpés en plus petits carrés

Il ne me restait plus que l’eau nettoyante  .

Un flacon pompe que j’avais en stock , oui car je stocke les flacons pompes mdr je dois vous le dire . A la base j’achète du savon pour bébé comme gel douche , en flacon pompe afin de ne pas en prendre trop , car comme moi vous avez remarqué que les flacons de gel douche ou de shampooing ont tous un énorme trou : bonjour le gaspillage . Donc quand mon flacon est fini je le range dans le placard , ou je le réutilise pour le shampooing , le savon lave-mains aussi ….

J’ai donc pris une C. à café de savon doux , quelques gouttes d’huile essentielle de lavande et de l’eau .

Voici , un nouveau petit pas dans notre transition écologique , j’étais quand même loin de m’imaginer que c’est l’instruction en famille qui allait me mener sur ce chemin  écologique . Mais au fils de mes lectures et de mes rencontres virtuelles ou réelles , je me sens vraiment changer , je ne saurai vous l’expliquer . Je dis souvent que l’ief est un mode de vie avant tout,  en 5 ans j’ai tellement appris sur moi même, combler mes lacunes, découvert des passions et des gens formidables , j’étais loin de penser que cette décision aurait un tel impact sur notre famille .