Inscription Clonlara

Pour celles et ceux qui seraient tentés par l’aventure Clonlara, je vous annonce que les inscriptions sont ouvertes pour l’année 2022-2023. Et c’est ici que cela se passe !

Tout d’abord vous devez savoir que Miss C y est inscrite depuis 3 ans à présent, elle entamera sa dernière année (grade 12) , Mr N termine sa seconde année et Miss M commencera en septembre. Tout ça pour vous dire, que je ne vous parle pas de quelque chose au hasard.

Qu’est ce que c’est ? Vous trouverez les explications en ligne, sur leur site .

Je vais juste vous parler de ce que cela représente pour nous (notre famille) notre projet de vie etc .

C’est la possibilité de continuer l’ief comme nous le souhaitons, d’instruire nos enfants d’une manière alternative à la scolarisation classique, spécialement quand la question de l’orientation et du lycée arrive. Bien qu’il existe une formule dès la maternelle, je ne vous en parlerai pas ici, puisque je ne l’ai jamais utilisée, mais ça existe.

Clonlara nous offre la possibilité de cocher la fameuse case « Diplôme », si chère à la tradition française et son fameux baccalauréat ! Institution totalement désuète, qui a perdu au fil des ans ses lettres de noblesse pour finir totalement piétiné sous l’autel du taux de réussite de 90% voir 100% dans certains lycées. Mais voilà, sans diplôme de second degré, dans notre pays, nous ne sommes Rien, je vous passe mon opinion sur la chose.

Soucieuse, de ne pas voir se fermer des portes aux enfants, parce que je les aurais encouragés sur la voie de l’instruction en famille, je trouve ce compromis acceptable. Ils auront ce papier  » diplôme », de second degré, qui facilitera les choses tant au niveau poursuite d’étude que futur CV, et aux yeux de la société.

Il n’y a pas de contenu ?

C’est exact, ce n’est pas un CPC comme nous en avons l’habitude en France. Je vous la fais courte, parce que j’en ai déjà parlé sur le blog.

On commence en 3° jusqu’en terminale, et durant ces 4 années, on doit totaliser 22 crédits minimum (1 crédit = 180 heures d’études sur un sujet/une matière). Une partie de ces crédits est « obligatoire », pas le contenu, mais plus la matière, on y retrouve maths, anglais, sport, EMC, sciences, histoire, géographie et d’autres au choix.

Ce que j’apprécie est que justement les enfants vont apprendre ce qu’ils veulent, en anglais par exemple, ils peuvent décider d’étudier la littérature anglaise du 19° siècle (livre en anglais lol), ou sur une approche plus académique avec un manuel, ou encore passionné de science ou d’histoire, n’utiliser que des ressources en anglais pour assouvir leur passion.

Il y a tellement de possibilités que c’est vraiment génial.

J’aime aussi, les crédits au choix qui vont vraiment tourner autour de ce que l’enfant aime ou veut découvrir. Encore une fois, ça peut être très académique comme suivre des cours, des MOOC , Miss C fait du japonais de cette façon. Mais aussi permettre à l’enfant d’aller tester des centres d’intérêts du moment.

Car soyons honnête, énormément de jeunes, ne savent pas vers quoi se diriger comme études supérieures ou comme carrière, 14/15 ans, mais c’est si jeune !

Là, c’est une chance de tester, pourquoi pas !

Mon avis

Après 3 années quasi complète pour Miss C, je peux assurer que c’est une formule qui lui a fait beaucoup de bien. Certes, cette façon de faire est particulière et à des années lumières de ce que nous faisions avant. On a galéré au début, j’avoue. Mais le résultat est que ma fille est très épanouie aujourd’hui et que cette formule « à l’américaine », est très valorisante pour elle.

Peut-être qu’elle n’aura pas le même niveau de connaissance qu’une élève de terminale, scolarisée, et alors ? Une élève de zone prioritaire aura-t-elle le même niveau qu’une autre issue d’un lycée privé parisien huppé ? Laissez-moi en douter, et pourtant elles auront eu le même programme officiel, à la base !!!

J’ai le plaisir de voir une jeune fille, vivante, qui aime apprendre, qui n’est pas rebutée par l’idée d’apprendre une nouvelle compétence si elle en a besoin. Elle s’est se mettre au travail seule, se motiver seule et fournir de gros efforts si besoin. Voilà là, des qualités qui n’ont pas à la faire pâlir face à un bachelier. Sa devise est : quand on ne sait pas, on prend un livre (manuel) et on apprend !

Je pense qu’elle possède les clés de la réussite.

Je suis disponible par message (mail, ou mp sur la page fb) si vous souhaitez échanger sur Clonlara .

Mathématiques (grade 6-8)

Peut être une image de livre

Voici les manuels de maths pour le collège, à partir de la 6° pour miss K (dans un an) et pour la 4° et la 3° de miss M dès septembre prochain.(Notez qu’il en manque un sur la photo que je n’ai pas encore reçu)

Tout d’abord , oui ce sont des manuels en anglais mais vous le verrez dans les images, ce n’est pas ultra compliqué à comprendre. Grade 6-8 , correspond à 6°- 4° française si on veut parler en équivalent niveau,cependant , en termes de programme ça couvre la 3° aussi .

Pourquoi je les ai choisi ? À cause de Myriam tout d’abord, rappelez-vous bien c’est entièrement elle la coupable cette fois (^-^) ! Sinon parce qu’ils sont dans l’esprit « Maths Singapour » que j’aime tant.

Chaque livre fait 200 pages environ, et contiennent 2 workbook chacun, avec les corrections, je sais que beaucoup aiment ça. Pour miss K donc j’ai prévu de répartir ainsi :

  • 6° : Intro to geometry workbook 1 – Pre-algebra workbook 1
  • 5° : Intro to geometry workbook 2 – Pre-algebra workbook 2
  • 4° : Geometry workbook 1 – Algebra workbook 1
  • 3° : Geometry workbook 2 – Algebra workbook 2

Et Miss M , elle fera

  • 4° : Intro to geometry – Pre-algebra
  • 3° : Geometry workbook – Algebra workbook

Et juste pour vous ennuyer un peu plus , je repasse bientôt vous présenter d’autres trouvailles dans le même style

Préparation de l’année de 3ème

Mr N, actuellement en 4ᵉ, a presque fini son programme depuis un bon moment. Comme nous ne voulons pas finir l’année en avril , il m’a demandé de lui faire son programme de 3ᵉ dès maintenant, afin de le commencer. Ce qui  permettra de certainement le finir pour décembre et qui lui laissera le temps de préparer le brevet ensuite.

Cette jolie pile de livres, ce sont ses manuels, beaucoup de doublon dans les matières, vous le noterez mais c’est un choix commun. Des vieux manuels pour s’instruire et (apprendre des choses), des récents pour préparer le brevet, car chez nous nous dissocions les deux !!!

Vu la quantité, nous ne ferons pas tous les chapitres de tous les livres, il se peut que certains ne soient là que pour 1 ou 2 chapitres seulement. Entre soif d’apprendre des choses nouvelles de la part de mon fils et nécessité de coller un peu au programme pour moi, car quelle orientation choisira t-il ? De quoi aura t-il besoin pour poursuivre, telles sont les questions auxquelles je fais face en tant que parent instructeur en IEF.

Loin de moi l’idée de supériorité vis-à-vis des parents qui suivent mon blog à cause du confinement mais vous devez bien comprendre que ce que vous affrontez aujourd’hui en termes de suivi pédagogique est très loin de notre réalité en IEF. On vous donne tout, on vous apporte tout sur un plateau, vous n’avez qu’à suivre c’est du « clé en main », même si parfois suivre l’éducation nationale est très compliquée je vous l’accorde. En ief, c’est en « free style » total, à nous de chercher nos supports, concevoir nos programmes, tout adapter à nos enfants.

Durant longtemps, j’ai eu ce besoin de devoir faire mieux, de devoir faire plus que l’école car on m’attendait au tournant. Cela fait longtemps maintenant que ce sentiment m’a quittée, à présent seul m’importe le niveau et les envies de mes enfants, mais la pression que tout dépend de moi est bien là et nombreux parents en ief la ressente (bien plus que moi).

Voilà , maintenant je vais m’atteler à confectionner un programme avec tout ceci pour que ça rentre sur 35 semaines ….. À bientôt.