Vivre lentement c’est anticiper !

Venez donc faire un tour sur mon nouveau blog, s’évader « Au milieu de ma prairie », vous fera passer le temps …

𝒜u milieu de ma prairie ❧

En ces temps de crises sanitaires et pour vous aider au mieux à vous préparer à la crise économique qui va suivre, je partage avec vous un peu de mon quotidien et de ma façon de vivre.

Vous et moi, nous ne sommes pas si différents, nous passons nos journées à travailler afin de subvenir à nos besoins (de l’alimentaire aux loisirs). La différence réside dans la manière :

  • Vous : vous faites des heures dans vos entreprises, parfois beaucoup, afin de gagner de l’argent et de vous payer une maison (ou un loyer), dans laquelle vous n’êtes pas très souvent, et des aliments, des produits d’hygiènes (lessive, dentifrice…), des factures de chauffage/bois ou d’eau par exemple.
    ⇒ Vous dépensez votre temps/énergie pour gagner de l’argent pour acheter des choses !

  • Moi : je passe mon temps à vivre lentement, à faire/fabriquer/produire les choses que vous, vous achetez. Moi, ces…

Voir l’article original 1 023 mots de plus

Ajustement Ce2 {histoire-Géo}

Je l’ai déjà dit, depuis le début du confinement, qui correspond au début du beau temps en Bretagne, bah je ne fais pas grand chose avec les enfants. On reprend un peu ces derniers jours, mais c’est dur. Je pense que c’est le contre coup que je subis de plein fouet. Entre deuil, contrôles passés et confinement, le cœur n’y est plus beaucoup. Depuis plusieurs années maintenant, j’ai appris à m’écouter et surtout respecter mon/notre rythme et aujourd’hui pour nous sortir, prendre le soleil, avoir les mains dans la terre et travailler plus avec notre corps que notre tête c’est ce qu’il nous faut.

C’est sympa comme fonctionnement, mais, oui, il y a un mais, j’ai tout de même cette petite voix dans ma tête qui me dit que j’ai des responsabilités envers mes enfants, notamment leur instruction et que je ne dois pas céder à la tentation de tout remettre à plus tard, spécialement avec les 2 plus jeunes. J’ai donc besoin de changement, c’est aussi ça l’ief : l’adaptation !

Voici donc ce que j’ai prévu jusqu’à septembre et notre reprise officielle en bonne et due forme, j’ai la chance d’avoir grâce aux ainés une belle collection de livres en tout genre. Et après vous avoir présenté (ici) durant bien longtemps les livres Quelle Histoire, je vais les ressortir pour que Miss K, puisse être à jour dans son programme d’histoire de Ce2.

Ne vous inquiétez pas, ma fille est une grande lectrice, les petits livres, se lisent rapidement en 1h à tout casser et si vous ne connaissez pas, ils sont vraiment pas chers

En géographie, là aussi on va jouer et changer un peu, je crois que la fin de l’année va être très unschooling chez nous. Ici des grandes cartes d’une ville et un livret avec des jeux et énigmes en rapport avec la carte

Et comme bien entendu je suis passée sur leur site, bah j’ai encore vu des nouveautés bien plaisantes, si vous voulez vous faire plaisir

Clonlara 1er semestre

Après un semestre chez Clonlara, j’ai très envie de vous faire un retour.( info l’article a été commencé le 5/02)

Pour Miss C, n’ayant connu qu’une instruction formelle avec programme pré-établi, le changement a été un peu déstabilisant au départ. Lui expliquer qu’elle était « libre », n’a pas été si simple à mettre en œuvre. Il a fallu du temps pour s’approprier cette nouvelle façon de s’instruire.

Un détail m’avait échappé lors de mon inscription, on travaille par semestre, à l’américaine quoi, et donc début janvier, nous avons dû clore le premier. Cela se traduit par pas mal de résumés, de ce qui a été fait, avec quoi, comment et pourquoi, dans chaque matière.
C’était très long mais le résultat final est inestimable à mes yeux, puisque une fois fini, je n’avais plus la même fille à mes côtés.

Ce bilan, a permis à Miss C de se rendre compte de tout ce qu’elle avait accompli en quelques mois. Et de mieux s’approprier cette façon de fonctionner, ainsi elle a commencé le 2nd semestre sur les chapeaux de roues. En réelle et totale autonomie, je n’ai plus de : « je fais quoi ? »

Durant 7 ans, elle a eu un programme (fait par mes soins), lui détaillant chaque semaine et chaque matière. Il suffisait de s’assoir, de regarder sa feuille et elle savait quoi faire.

Là, même si elle a une ligne pré-établi, elle est libre. Un peu comme si nous avions retiré des barrières invisibles qui lui matérialisaient le chemin à suivre. Son chemin est toujours là, mais si elle veut marcher dans l’herbe (en continuant à avancer ou en s’arrêtant) c’est possible. Et cette liberté, a un peu effrayé ma grande stressée, inconditionnelle des règlements.

Pour elle la liberté se traduit par :

  • utiliser les vieux manuels, sans se soucier du programme français de 2020
  • s’attarder sur une matière et la faire durant 3 jours
  • se découvrir un intérêt pour des matières, jusque-là jugées barbantes et inintéressantes
  • s’instruire durant des heures, il me semble que lundi, elle a comptabilisé plus de 6 h . Y compris les week-ends.

En sciences, le fait d’utiliser de vieux manuels, lui a redonné goût à cette matière. Le manuel, qui n’est que cours et croquis, est juste passionnant et complet, exit les pages aux photos criardes des nouveaux manuels. Non seulement elle a appris de nouvelles notions car soyons honnête de nos jours les programmes tournent souvent autour des mêmes sujets, mais elle a pu ainsi croiser des sujets et approfondir quand elle le voulait, en visionnant énormément de reportages.

En maths, matière obligatoire, après avoir pris un ancien manuel afin de revoir les bases , elle a opté pour la suite des maths singapour en version anglaise (fin de collège/début de lycée).

Une autre matière « obligatoire » c’est l’art du discours, passionnant. Nous avons opté pour un recueil de discours célèbres, puis Miss C , va ensuite faire des recherches sur le contexte, l’auteur, ce que cela lui inspire etc. Le premier était un discours de Nelson Mandela, elle en a donc appris plus sur sa vie  et sur l’apartheid, et oui 16 ans et pourtant elle n’avait rien vu de tout cela dans ses manuels et les programmes d’histoire.(tristesse)

Fini l’espagnol et rebonjour le japonais qu’elle pratique assidûment et comme chez Clonlara en parle en heure et non en chapitre ou programme,  pour le coup elle y passe des heures, soirée, week-end ou vacances même.

Je crois que c’est « le  » truc le plus cool avec cette façon de travailler, bien que nous ayons un emploi du temps, les apprentissages débordent sur le temps libre sans contrainte. Ce week-end par exemple , ma fille qui est une grande lectrice, fait un crédit de littérature soit 180h dans l’année, et donc ce week-end elle y a consacré 7h , sans que je ne lui demande bien entendu , ça devient un loisir.

Il en va de même avec l’organisation, parfois elle me dit : ce matin j’ai du mal à me concentrer, du coup elle va regarder des reportages, ça l’ennuie d’étudier avec un manuel (ou support formel) , aucun souci ,elle peut  prendre un roman en anglais qui comptera pour le crédit d’anglais .

Depuis qu’elle a réellement compris comment cela fonctionnait , c’est une vraie émulation, un sujet en ouvre un autre qui découle sur un autre, on passe de l’anglais au français ou japonais, bref travailler ,apprendre et s’instruire deviennent un loisir et c’est très gratifiant pour elle et pour moi, car la voir s’épanouir ainsi, hummm que ça fait du bien.

Voilà , elle et moi en sommes très satisfaites, par contre pour l’instant Mr N, lui n’a aucune envie de suivre sa soeur. Lui voit la quantité de travail à fournir et à ce jour (il peut changer d’avis), n’a pas du tout envie de fournir autant d’efforts lol.de mémoire je pense que Miss C va compléter 6 crédits pour cette année soit 6*180h : 1080h de travail (plaisir lol)