L’avantage des manuels anciens

Au cours de mes contrôles pédagogiques, quasi à tous, je me suis vue reprocher l’utilisation de manuels anciens. Trop vieux, obsolètes, désuets… Est-ce une raison pour abandonner ces vieux livres ? Non, bien évidement !

Depuis de nombreuses années, nous les utilisons avec grand plaisir.

Ce matin, j’en ai encore eu la preuve, une formidable démonstration faisant écho à l’actualité, à quelques jours de mon contrôle, c’est un peu du pain béni, je dois l’avouer.

J’utilise un vieux livre de Morale, comme base d’ EMC ,Courage : cours de morale à l’usage des C.M et C.S. Marie Ravaudet . Un livre de 1952, que j’ai trouvé en pdf grâce au blog Manuels anciens , et que je viens de trouver en version papier à un prix raisonnable.

Cette semaine, le chapitre traitait des « devoirs envers ses enfants », un texte qui représente 3 pages A4, et que ma 6ᵉ a lu sans souci. Non seulement, ce qui est écrit, est parfois un peu vieillot, je l’accorde, mais qui est toujours d’actualité pour le fond des sujets traités.

Donc, je buvais mon café, à côté de Miss K, occupée à sa lecture, quand je la vis entourer un mot et ensuite de me lire la phrase en question. La magie du pdf me permet de vous faire une capture d’écran …

Je lui demande alors si elle connait le sens du mot ? Réponse : Non ! Et si c’est pour cette raison, qu’elle l’a entouré ? Réponse : Oui !

Elle avait compris la phrase tout de même, mais n’avait encore jamais rencontrer ce mot, comme ceux plus haut : accroitre et décroitre. J’en profitais pour lui glisser à l’oreille, que ces vieux livres n’étaient pas seulement là pour lui enseigner quelques leçons de morale, mais aussi pour élargir son vocabulaire.

Dans une actualité, qui nous dit, Ministre compris, que le niveau en lecture des 6ᵉ est en baisse, j’aurai un autre argument pour défendre mes chers vieux manuels au prochain contrôle.

Je termine avec la petite pépite que j’ai vu dans le sommaire et qui tombe à pic, je l’avoue : La patrie, qui n’est pas du tout dans l’ordre du livre, mais là, c’est cadeau mdr

J’avoue que ça tombe très bien, on ne pourra pas pour le coup venir critiquer mes cours d’emc et encore moins le support choisi. Sachant que, miss K a aussi un livre d’Histoire-géo-emc de 2014 je crois avec une partie EMC plus actuelle et qui leur fera aussi plaisir.

Cependant, savoir ce qu’est un délégué de classe, ma fille s’en tartine un peu, je lui ai expliqué, vu qu’elle ne va pas à l’école, mais pourquoi mettre ça dans les bouquins des enfants scolarisés ? Les élections des délégués se font au cours du mois de septembre, et une explication (cours) est fait dessus, alors pourquoi perdre de précieuses pages dans un manuel pour expliquer cela ?

Ça à tendance à me dépasser tout ça. faire un foin sur les valeurs de la république et faire des manuels plus creux que mon gruyère, alors qu’une petite mise à jour de celui-ci suffirait. Comme quand, il s’adresse aux jeunes filles exclusivement, à la bonne et future ménagère, lors du chapitre sur l’économie et les finances de la maison. Mais c’est tout, il ne faudrait surtout pas toucher au vocabulaire riche de ces textes.

Quid du niveau ?

La France découvre avec effroi que les enfants arrivant au collège, ne savent pas ou peu lire !!!! Le Ministre, se dit qu’il faut simplement mettre une dictée quotidienne en cm1 et cm2, faire les lire, lire et lire toujours ces mêmes CM et faire sauter les cours de technologie en 6° pour les remplacer par du soutien en français ou en maths.

Parmi ces propositions, je ne vois qu’une chose intelligente, mais je pense que c’est juste un hasard et pas le fruit d’une réflexion profonde.

La suppression de la Techno !!!

ENFIN, d’abord ces cours n’ont jamais servi à rein, j’avoue que formater une disquette 3 pouce m’a été d’une grande utilité (ou pas).

La réflexion qui aurait dû être au Ministère, n’était pas qu’est-ce qu’on peut sacrifier sur l’autel de la remise à niveau ? Mais plutôt, il y a énormément de choses, dès la primaire, qui sont totalement inutiles et, mangent des précieuses heures (cumul annuel) de français et de maths. Si nous revenons à des programmes de base, nous trouverons le temps nécessaire pour instruire correctement les fondamentaux.

Bon, ça, c’est pour l’école, pauvres enfants scolarisés ! Cependant, à ce stade, ça ne me concerne pas vraiment MAIS, et là, c’est important, qui va s’emparer des contrôles académiques des enfants en IEF, à qui on demande, non exige, serait certainement plus approprié, un niveau conforme au attendu de fin de cycle ?

Qui va se lever et pointer du doigt la supercherie et la mauvaise foi des inspecteurs d’académie, à imposer des seconds contrôles, des rescolarisations car un enfant en ief, n’aurait pas un niveau suffisant ?

À ce stade, en quoi le remettre à l’école l’aiderait ?

Le Ministre lui-même constate qu’un enfant scolarisé durant 5 ans de primaire, instruit par des professeurs certifiés et diplômés, à toutes les chances de ne pas avoir le niveau requis pour l’entrée en 6ème.

Il semblerait que Notre Gouvernement préfère avoir des générations d’ignares mais connaissant les valeurs de la République (enfin ça reste à prouver ça aussi), plutôt que des enfants instruits.

Que c’est triste…

À l’heure où je dois commencer à écrire mon dossier pédagogique, en vue de notre contrôle à la fin de ce mois, pour mes 2 dernières, Miss M (14 ans, 3°) et Miss k (11 ans, 6°), j’avoue que la presse de ces deux derniers jours ma laisse un goût un peu amère en bouche.

Si vous êtes passés à côté, je ne sais pas si c’est mieux ou pas, pour vous, mais le cas échant, voilà de quoi il en retourne !

La 6° tremplin (ici et ), et ailleurs très certainement, la presse française, venant de découvrir que les élèves arrivent au collège, ne maitrisant pas ou peu la lecture et les maths. Pourtant, depuis de nombreuses années, il est un fait avéré que 20% des élèves entrant en 6° ont des problèmes.

Il semblerait qu’après toutes ses années, le Ministère est décidé de tenter vaguement un truc, avec une douzaine collège participant à l’opération, qui propose quelques heures de soutien à une dizaine d’élèves. Grand bien fasse à cette poignée d’élèves, le Ministre a visiblement ajouter que ça serait étendu à l’échelle nationale à la rentrée prochaine, wahou, je sors les cotillons et je fête ça.

Mais, y a-t-il quelque chose à célébrer là-dedans ?

En 2020 on recensait 5.300 collèges publics en France, à raison de 10 élèves en difficultés en 6° (ce qui me paraît assez peu comme chiffre), on arrive quand même à 53 000 enfants qui arrive avec des lacunes au collège (fourchette basse). Si je fais un rapide calcul, à la rentrée 2022, il y avait 3.399.700 collégiens, en divisant par 4 on a approximativement le nombre de 6ème, soit 849 925.

Si je compte à présent 20% d’élève ne maitrisant pas la lecture, on obtient 169 985. Comme c’est approximatif, je pense que la vérité se trouve entre 100 000 et 150 000 enfants.

Mais de quoi il en retourne ?

Les articles le décrivent bien. Des enfants qui peinent à lire, une moyenne de 53 mots/minutes en septembre, qui arrivent à 103 mots/min aujourd’hui !

A titre informatif, voilà les moyennes en fin d’année

  • fin de CE1 : 70 mots/min
  • fin de CE2 : 90 mots/min
  • fin de CM1 : 110 mots/min
  • fin de CM2 : 130 mots/min

Comment un enfant, et je ne parle bien que d’un enfant et pas de 100 000, peut décemment rentrer au collège en ayant un niveau en lecture de cp ?

Comment avec seulement 1h par semaine, ou tous les 15 jours, ça peut suffire ?

Comment réussir à suivre des cours en Maths, histoire, sciences… avec un niveau qui ne permet pas de comprendre ce qui est écrit ?

À moins de n’avoir que de l’oral dans les cours, c’est-à-dire d’avoir des classes intégralement adaptées aux difficultés de ces enfants ? Mais, ce n’est pas le cas, ils sont réunis sur la tranche de midi pour un atelier, ne me dites pas que c’est suffisant ! Et si ça pêche en lecture, ça pêche en compréhension, mais en écriture aussi, du geste graphique à la grammaire et l’orthographe, il est utopique de croire qu’un enfant écrira parfaitement alors qu’il ne sait pas lire !!!

Comment ces enfants ont-ils pu traverser 5 années de primaire et en sortir dans cet état-là ?

Comment le Ministère peut-il encore faire des économies (compter 6000€ par enfants en primaire), en ayant supprimé le redoublement ?

Les difficultés ne sont arrivées en passant la porte du collège, elles se sont accumulées tout au long du primaire. Quand on imagine que les programmes ont été fortement réduits, qu’ils ne sont en plus jamais terminés, mais si on ajoute le retard de ces enfants, je suis désolée de le dire mais

  • non seulement il est impossible à rattraper
  • leur niveau est qualifié d’ALARMANT

Ces dispositifs sont ce qu’ils sont, et tant mieux pour les enfants qui en bénéficient mais je ne vois pas en quoi on devrait s’en réjouir, bien au contraire. Chaque parent devrait au contraire porter plainte contre l’éducation nationale pour :

  • non-assistance à enfant en instruction »
  • défaut d’instruction
  • mise en danger intellectuelle

Le Ministre devrait être couvert de honte en parlant de cela, celui-ci n’est pas responsable à proprement parler mais s’il ne fait rien, il le sera dans 5 ans.

dans l’article de la Nouvelle république, c’est pire encore , le Minsitre annonce :

Le collège « est la priorité, parce que nous avons des évaluations à l’entrée en 6e qui sont problématiques », a déclaré Pap Ndiaye. Selon les dernières évaluations nationales, 27 % des élèves n’ont pas le niveau attendu en français et près d’un tiers en mathématiques.

27 % , oui vous avez bien lu