Choix et conséquences de l’ief collège/lycée

Je pensais avoir déjà écrit sur le sujet, mais je ne retrouve pas l’article ??? Donc je vais en écrire un nouveau (ou pas). Parce que suite au confinement, je vois énormément de parents se lancer dans l’aventure, mais sans avoir vraiment et pleinement pris conscience de ce que cela impliquait à longs termes.

Ce que vous devez savoir avant de vouloir vous lancer dans l’aventure avec des ados !

On ne se lance pas en ief en primaire comme dans les niveaux secondaires,  car les conséquences ne sont pas les mêmes, que cela soit pour le retour à l’école (collège ou lycée) ou dans les études supérieures.

  • Avant 16 ans, oui l’éducation nationale « doit » reprendre votre enfant, mais où ils veulent. C’est-à-dire dans le niveau, l’établissement ou la filière qu’ils veulent et pas forcément en rapport avec ce que vous demandez !

 

  • À partir de la 5ᵉ, des tests de niveau sont demandés par une bonne partie des établissements publics. Ces tests se déroulent en Mars/Avril généralement, suivant les écoles, les académies, les départements les modalités changent . Tant en termes de lieu de tests que du contenu de ceux-ci.

 

  • Anticipation, il faut généralement prévenir l’académie à partir d’octobre de l’année précédente d’un retour à l’école, pour que vous soyez averti des tests.

 

  • Recalage, si votre enfant échoue aux tests, l’EN ne le prendra que dans un niveau « inférieur » (redoublement)

 

  • Après 16 ans, même s’il y a dorénavant une obligation de formation des 16/18 ans, vos enfants ne dépendent plus de l’éducation nationale. Ces derniers n’ont aucune obligation de trouver une place à votre enfant dans un établissement. Les élèves scolarisés sont prioritaires pour les places disponibles.

 

  • Les études supérieures, ne sont pas toutes accessibles à des enfants issus de l’IEF. Sans dossier scolaire, votre dossier ne passera pas, spécialement dans les filières de médecine ou vétérinaire. L’ief vous fermera des portes, inévitablement, vous devez en avoir conscience.(même si votre enfant a suivi des CPC et à un dossier à présenter)

 

  • Un chemin compliqué, mais pas impossible ! Ré-inscrire son enfant est parfois compliqué, long et usant mais pas forcément impossible.

Voilà pour les grandes lignes, en choisissant l’instruction en famille pour des ados, ayez bien conscience que vous prenez la décision de quitter l’éducation nationale et que cela aura des conséquences. Que rien ne vous ait dû, que vous avez décidé que prendre en charge d’instruction de vos enfants et que pour le retour vous devrez aussi parfois batailler.( parfois non ça dépend)

J’attire votre attention sur les niveaux, si instruire en primaire est relativement simple, on peut voir que pour le collège certains parents ont plus de mal, et que pour le lycée, il faut pouvoir suivre.

Que les CPC, ne sont qu’un support, mais que votre enfant aura, même s’il a 17 ans, besoin d ‘aide à des moments, vous ne pourrez pas vous décharger intégralement sur le cpc.

7 réflexions sur “Choix et conséquences de l’ief collège/lycée

  1. Merci Cindy pour cet article.
    Après 3 ans d’IEF pour Melle G. j’ai en effet du batailler longuement pour l’inscrire au lycée. Heureusement que nous avions les bulletins de notes des CpC et le rapport de l’inspection à domicile, car ça n’a pas été facile.
    Ceci étant Melle G trouve que le niveau de la classe est plutôt bas par rapport à ce qui lui était demandé dans les CpC. Donc si on travaille régulièrement et sérieusement en famille, c’est tout à fait possible.
    Je rejoins ton avis, c’est un réel engagement qui prend beaucoup d’énergie et demande beaucoup d’efforts, même avec des CpC.
    Il faut être très courageux ou bien entouré ou les 2 !
    Nathalie

  2. Merci pour cet article! C’est vrai qu’on pense pas toujours au long terme quand on s’engage dans l’ief. Certaines personnes stressent pour apprendre à des maternelles…dans quel état seront-elles quand ce sera le niveau lycée? D’autre, au contraire, y vont les mains dans les poches comme si tout était acquis! Je ne pensais pas que ça pouvait être compliqué de remettre un enfant au collège ou au lycée et je n’avais pas réalisé que certaines études supérieures seraient bien plus compliquées à envisager!

    • Rien n’est impossible mais il faut parfois batailler , on doit avoir conscience que le chemin ne sera pas aussi simple que de cocher 2 cases et remplir une feuille (comme un scolaire)
      A partir du moment où tu le sais, ça va, mais là je vois bien trop de personnes se lancer ou envisager l’ief en secondaire sans aucune idée de ce qui va arriver après.
      Pour la bonne raison que les 3/4 des familles font le primaire en ief et le collège à l’école (souvent par choix des enfants) Donc les conseils donnés sur les groupes sont en majorité pour des primaire/maternelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.