Chers tous !

Chères amies et connaissances,

Je reçois de plus en plus de messages me demandant timidement de mes nouvelles, je sais que nombreuses sont celles qui restent dans le silence, n’osant demander.

Tout d’abord, je tiens à remercier toutes les personnes ne m’ayant pas souhaité mon anniversaire ou la nouvelle année. Votre silence était un signe profond d’amitié et de respect, ne vous inquiétez pas, c’est ainsi que je l’ai perçu aussi.

Je vais …., j’avance, je continue, je suis toujours debout,  voilà les grandes lignes.

Je voudrai rassurer ceux qui s’inquiétaient de notre situation financière, rassurez-vous, à ce jour, tous les organismes ont traité mon dossier et nous avons de quoi assurer le quotidien financièrement.

Mon quotidien est rythmé par mes enfants (l’ief) et mes animaux (il faut bien s’occuper des poules et des chèvres) : cela me force à me lever chaque jour. Ne soyez pas inquiets pour moi, j’ai toujours été une femme indépendante et je n’ai jamais eu besoin de quiconque pour gérer ma maison, mes enfants, mes animaux ou mon jardin. L’aspect « technique » de ma vie n’a pas vraiment changé, je fais exactement les mêmes choses qu’avant.

Aujourd’hui je ne pleure pas un homme à tout faire ou un revenu, mais bien et uniquement mon amour, mon conjoint, un père, un complice. Des bras qui me serraient, de l’amour et de la tendresse. C’est uniquement ça qui me manque, rien de matériel.

Tel un funambule, je ne  regarde surtout pas en bas et je continue d’avancer.

Après avoir passé plus de 2 mois à pleurer toutes les larmes de mon corps et ne voyant pas la source tarir, après avoir appris à vivre avec une fatigue morale quotidienne ! Je ne me supportais plus, je ne supportais plus cette brûlure, cette douleur sourde qui me transperce l’âme et le cœur. Alors, je me suis mise à ranger, trier et peindre la maison, ne supportant plus le désordre, la poussière et le chaos. J’ai découvert que cela m’épuisait physiquement et que le soir, je n’avais plus le temps de penser à mon chagrin. Cela fait un bien fou, de ne plus penser à rien.

Voilà où j’en suis aujourd’hui, j’ignore, j’occulte totalement les événements, je me force à penser à tout sauf à la réalité, car la réalité est bien trop douloureuse et cruelle… Cela fonctionne les 3/4 du temps, j’arrive à forcer mon esprit, malheureusement dès que je baisse la garde, mes pensées divaguent et s’égarent là où je ne voudrai pas…

Le bon côté des choses est que la maison sera carrément superbe d’ici pas longtemps, le moins bon est que les souvenirs, un objet, une photo surgissent çà et là et que c’est extrêmement douloureux à ces moments.

Contrôler mon esprit de cette façon me demande énormément d’énergie, je dois dire. Je ne suis pas du genre à faire l’autruche généralement mais là c’est la seule solution.

Les enfants quant à eux, s’accommodent de cette maman funambule, tantôt tornade dans la maison, tantôt fatiguée. Ils gèrent les événements chacun à leur façon, nous sommes tous redevenus en apparence normaux, seules demeurent  les blessures les plus profondes, les plus douloureuses et invisibles de l’extérieur, celles qui ne guériront qu’avec le temps, beaucoup de temps.

 

10 commentaires sur “Chers tous !

  1. Normal que tes amis et followers soient inquièts pour vous. Nous pensons à vous très souvent.En ce quie concerne, je suis démunie en mots lorsqu’il faut soutenir les autres car pour avoir connu un double drame à quelques semaines d’intervalle, je ne supportais plus les messages qui me replongeaient dans la triste réalité. Alors sache que de nombreuses pensées positives vous accompagnent toi et les enfants même si on ne te le dit pas. On vous embrasse très fort. Nele Brieuc

    • merci , les larmes ont coulé à plusieurs reprises pour réussir à écrire ces quelques lignes. Bien que difficile, il était important que je communique un peu , pour rassurer tout le monde .
      Je sais que vous êtes derrière moi

  2. Ce message comme un cadeau pour nous dire j avance .Ta perte est inestimable .Tu l’aimes il est ton amour je sais de quoi tu parles et tu me réconcilier avec l être humain à aimer ton mari ainsi .Je ne dis rien de plus .Je suis silencieuse ,ne dis rien en étant là . Laetitia

  3. Bonjour, merci pour ces nouvelles, je vous envoie plein de courage à vous et à vos enfants.

  4. Ca a du être tellement éprouvant d’écrire ce message…la preuve même que tu surmontes….mais quand même, je suis bluffée par ta combativité. Je pense aussi très souvent à toi, à vous. Merci d’avoir donné des nouvelles, et plein de soutien à distance pour te donner du courage. GIllian

    • Effectivement, écrire ce message n’était pas facile, mettre des mots et penser à ce que je ressens, c’est difficile. Je préfère faire l’autruche, ça fait moins mal.
      mais je peux comprendre qu’on se questionne à mon sujet, tout le monde a été tellement gentil, que de donner des nouvelles, est une question de politesse et de respect aussi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :